Regime diabete triglycerides level

Téléchargez le livret Repères diabète : les repas de fête PDF. Les boissons alcoolisées peuvent être sucrées, certaines de manière importante vins blancs doux, cocktails Il est donc utile de les associer aux glucides. Elles facilitent le transit intestinal et aident à se sentir rassasié.

Votre médecin traitant vous aide à mieux comprendre comment équilibrer votre alimentation au quotidien et à connaître les différents aliments utiles. Il vous indique les quantités adaptées en fonction de votre situation. Un suivi de votre consommation alimentaire peut vous aider à faire le point avec votre médecin. Vous pouvez aussi préparer votre consultation en notant les questions que vous vous posez. Au besoin, votre médecin peut vous orienter vers un e diététicien e ou un autre professionnel de santé, spécialisé en nutrition.

Assuré Santé Tous les thèmes de santé Diabète Vivre avec le diabète au quotidien Équilibre alimentaire et diabète Diabète et alimentation au quotidien : les fondamentaux. Diabète de l'adulte. Comprendre le diabète. Symptômes, diagnostic et évolution du diabète. Le traitement du diabète. Diabète : suivi médical et examens. Vos interlocuteurs. Vivre avec le diabète au quotidien.

Diabète et alimentation au quotidien : les fondamentaux. Au sommaire du dossier. Une alimentation équilibrée fait partie du traitement du diabète. Elle doit être adaptée à vos besoins et apporter des aliments variés. Il est donc nécessaire de faire attention à la taille des portions. Trop importantes, elles favorisent le surpoidstout comme une alimentation trop riche en graisses. L'alimentation équilibrée en images. Lire la transcription textuelle de l'infographie.

Masquer la transcription textuelle de l'infographie. Éviter la monotonie. Alimentation et lipides, ou graisses. Il est conseillé de maintenir le LDL-cholestérol au taux recommandé par son médecin. Comment limiter sa consommation de graisses? Elle peut aussi indiquer la quantité respective des graisses saturées et insaturées. Celle-ci abaisse le taux de HDL- cholestérol bon cholestérol et favorise le dépôt du mauvais LDL- cholestérol mauvais cholestérol sur la paroi des artères. Quels sont leurs effets?

Consommées avec modération, elles contribuent à augmenter votre taux de bon cholestérol. Ainsi, les triglycérides apparaissent souvent, en analyse multivariée, comme un facteur de risque chez la femme.

Dans les quelques études concernant les diabétiques, l'hypertriglycéridémie apparaît le plus souvent comme le premier facteur de risque vasculaire, mais les taux de triglycérides n'ayant pas été ajustés à ceux du HDL cholestérol, il est difficile de conclure sur l'existence d'un lien indépendant entre triglycéridémie et risque vasculaire [14, 15, 18, 20, 24, 25, 29].

Pour la population générale, les données les plus récentes concernant ce problème, sont celles de la dernière mise au point de la méta analyse de M. Austin, qui porte sur 17 études prospectives intéressant 46 hommes et 10 femmes avec un suivi de 8 ans [4]. Ces données permettent d'affirmer que l'hypertriglycéridémie est un facteur de risque cardiovasculaire. Cela rejoint les conclusions de l'étude de Framingham [11], où les sujets qui font le plus souvent un infarctus du myocarde sont ceux qui ont une hypertriglycéridémie avec une diminution du HDL, et celles de l'étude PROCAM Prospective Cardiovascular Munster Studyoù un suivi de 4 hommes pendant 8 ans, confirme que les triglycérides représentent un facteur de risque coronaire indépendant [2, 3].

Enfin, dans les études de régression de l'athérosclérose CLAS et MARS notammentles patients qui ont un taux de triglycérides le plus élevé aggravent le plus leurs lésions d'athérosclérose coronaire. L'hypertriglycéridémie a plusieurs conséquences qui peuvent être directement impliquées dans la physiopathologie de l'athérosclérose :. Leur taille est plus petite et leur densité augmentée. C'est probablement par cette relation inverse avec le HDL-cholestérol que les triglycérides jouent leur rôle principal dans l'athérosclérose [2].

Modifications qualitatives des LDL - Il existe une relation négative très significative entre la triglycéridémie et la taille des LDL [19]. Chez les diabétiques non insulinodépendants et hypertriglycéridémiques, la sécrétion des VLDL de grande taille, riches en triglycérides, est augmentée. Les LDL sont produites à partir de ces particules par des processus de délipidation.

Les LDL résultantes sont des particules petites et denses, au catabolisme retardé, mal reconnues par leurs récepteurs physiologiques. Leur temps de séjour dans le plasma est augmenté, les rendant plus sensibles au phénomène de glycation et d'oxydation.

Leurs propriétés fortement athérogène sont maintenant bien retenues.

Troubles de l'hémostase - Quelques données cliniques sont en faveur d'un rôle pathogène des triglycérides sur l'hémostase, tant au niveau veineux qu'au niveau artériel.

Il existe une relation entre triglycérides et altération des paramètres de l'hémostase augmentation du facteur VII et altération de la fibrinolyse. Il existe en particulier une corrélation entre les taux de triglycérides et ceux du PAI1 [7]. Association à d'autres facteurs de risque - L'hypertriglycéridémie se caractérise par le fait que l'anomalie métabolique est le plus souvent associée ou aggravée par d'autres facteurs de risque, se situant ainsi au carrefour de plusieurs pathologies.

Cela signifie que le rôle précis de l'hypertriglycéridémie est plus difficile à mettre en évidence, mais aussi et surtout que le patient hypertriglycéridémique est le plus souvent à haut risque vasculaire. L'hypertension est plus fréquente lorsqu'il existe une hyperlipidémie de type IIb ou IV. Cette association est en partie, mais pas totalement expliquée par la plus grande fréquence de l'obésité. La sédentarité est associée à un taux de triglycérides plus élevé et un taux d'HDL-cholestérol plus bas.

L'intoxication tabagique est indépendamment associé à un taux de LDL-cholestérol et de triglycérides plus élevé, et un taux d'HDL plus bas [28]. Ces variations physiologiques sont beaucoup plus marquées chez les patients hypertriglycéridémiques, même sous régime stable, et encore plus chez les diabétiques hypertriglycéridémiques, dont l'équilibre glycémique est très variable. Il est donc essentiel de répéter les dosages deux à trois fois en quatre semaines, avant d'admettre la réalité de l'hypertriglycéridémie secondaire ou associée.

La définition du trouble lipidique nécessite au minimum le dosage à jeun du cholestérol total, des triglycérides et du HDL-cholestérol par une technique de précipitation. L'observation du sérum est essentielle.

Toute hypertriglycéridémie entraîne une opalescence ou une lactescence de celui-ci. Si l'on constate un sérum normal avec un taux de triglycérides élevé, cela doit faire évoquer le diagnostic différentiel d'une hyperglycérolémie. Cette observation est souvent transitoire, au cours du diabète très déséquilibré, en état d'insulinopénie absolue ou relative.

Le bilan doit être pratiqué après la 12 e heure de jeûne, en dehors de cas bien particuliers épreuve de sensibilisation avec dosage aux 8 e et 12 e heures qui suivent une charge lipidique standardisée. Trois questions principales se posent alors dans l'interprétation des résultats :. Cette situation n'est pas exceptionnelle chez le diabétique très déséquilibré, et répond rapidement à une insulinothérapie.

Dans la quasi totalité des cas, l'hypertriglycéridémie signe la présence en excès de VLDL. Cette augmentation peut être isolée et définit l'hypertriglycéridémie de phénotype biologique IV. Le plus souvent toutefois, l'hypertriglycéridémie ne sera pas totalement corrigée par les mesures précédentes, soit que les résultats obtenus en matière d'équilibre du diabète sont insuffisants, soit que cette hypertriglycéridémie correspond en fait à un trouble du métabolisme lipidique associé au diabète.

Dans cette dernière éventualité, les taux de triglycérides sont souvent initialement plus élevés supérieurs à 4 g et des antécédents d'hyperlipidémies hyperlipidémies de type IV ou hyperlipidémies familiales combinées sont retrouvés chez des parents diabétiques ou non. Dans ce cas, l'équilibre du diabète ne suffit en général pas à normaliser les taux de triglycérides. L'hypertriglycéridémie peut enfin être associée à une augmentation des LDL et rentre dans le cadre d'une hyperlipidémie de phénotype biologique IIb.

Ce type d'hyperlipidémie est plus souvent une anomalie lipidique associée au diabète plutôt que secondaire à celui-ci, avec présence d'anomalies similaires dans la famille, souvent dans le cadre d'une hyperlipidémie familiale combinée.

Dans ce cas, les mesures diététiques et le rééquilibre glycémique ne suffisent pas à normaliser les constantes lipidiques. Enfin, l'hypertriglycéridémie du diabétique peut être secondaire ou aggravée par d'autres facteurs qu'il faudra éventuellement prendre en compte dans la prise en charge thérapeutique - une prise d'alcool abusive, une insuffisance rénale, une hypothyroïdie, certains médicaments tels que contraceptifs oraux, oestrogènes, bêtabloquants, rétinoïdes, corticoïdes et diurétiques thiazidiques.

A cette question importante, aucune réponse argumentée ne peut être donnée à la lumière de résultats d'études prospectives d'intervention à grande échelle, concernant la morbidité et la mortalité cardiovasculaire, qui se serait donné pour cible, le taux de triglycérides.

Nous attendons avec grand intérêt les résultats des études prospectives DAIS et FIELD récemment initiées, qui montreront l'intérêt de traiter la dyslipidémie du diabétique. Pour l'instant, force est de proposer des objectifs thérapeutiques sur des arguments physiopathologiques, comme on l'avait d'ailleurs fait pour le cholestérol, avant les résultats récents des grandes études d'intervention.

Ces attitudes thérapeutiques ont bien trouvé à posteriori leurs justifications. Quelles sont actuellement en France, les habitudes de traitement? Un enquête menée en par le Quotidien du Médecin et les Laboratoires Pierre Fabre, auprès de généralistes et cardiologues libéraux, sur ce thème, a montré une attitude des spécialistes et des généralistes très comparable.

La moitié des médecins prennent en compte l'existence ou non de facteurs de risque associés, pour se fixer cet objectif thérapeutique. Un traitement médicamenteux est plus souvent utilisé chez deux types de malades, le coronarien et le diabétique. Trois coronariens sur quatre reçoivent un hypolipidémiant, et deux diabétiques sur trois.

Les chiffres donnés par les différents consensus au cours de ces dernières années se rejoignent progressivement :. Cette valeur est admise depuis plusieurs années par d'autres consensus, en particulier le consensus européen [23]. Pour la population diabétique, l'hypertriglycéridémie est bien retenue en tant que facteur de risque, mais aucun chiffre n'est proposé.

Ces chiffres sont ceux qui viennent d'être repris par M. Dans le cas contraire, le médecin peut rechercher une maladie associée et prescrire un traitement médicamenteux. Votre adresse mail est collectée par Medisite.

Regime diabete triglycerides level

En savoir plus. Aller au contenu principal. Samedi 21 Décembre - Hiver. Se connecter. Un taux de triglycérides élevé constitue néanmoins un marqueur de risque cardiovasculaire. Page Suivante. Triglycérides élevés : quels risques?